menu

Sultanat d'Oman Chapitre

Bailliage Sultanat d'Oman
Mascate, 21 février 2019

Célébration du goût et des saveurs
« L'agneau cuit deux fois posé sur mon assiette avait été préparé à la perfection »

Pour les 18 nouveaux membres intronisés dans le Bailliage, la célébration n’aurait pu être plus réussie, avec un remarquable menu de six plats créés par le Chef de cuisine Adam Szczechura et sa brigade du Grand Hyatt Muscat. Ainsi, en présence de 72 membres et invités, le Dîner de Gala annuel du Chapitre a fait la part belle à la gastronomie.

Le ton culinaire avait été donné pendant la réception au champagne avec le service de canapés, allant du thon enrobé de sésame noir jusqu’au fromage de chèvre avec caviar et vinaigre balsamique.

Et lors du dîner, dès le premier plat, nous avons eu confirmation que nous allions participer à un événement d’exception.

MENU

Tartare de crabe d’Alaska
crème fraîche, radis, caviar Beluga, encre de seiche

Consommé de poulet fumé
crème royale, perles de légumes

Truite de Tasmanie avec médaillon de homard
émulsion au persil, gelée de citron, courge butternut au vinaigre

Sorbet carotte-orange
gingembre confit

Agneau cuit deux fois
purée de panais, courgettes, groseilles
chanterelles, réduction au bordeaux

Crème dulcey onctueuse, génoise au beurre de cacahouète
rayon de miel, ganache fouettée, perle de chocolat Giotto

VINS

Muscadet « Plaisir de vigne » 2017
Sauvion et fils, vallée de la Loire

Côtes du Rhône Blanc « Les Abeilles » 2016
Jean-Luc Colombo, vallée du Rhône

Château Badette 2014
Saint-Émilion Grand Cru

Porto Fine Tawny Taylor’s

Le crabe d’Alaska était tout en saveurs et textures délicates, qui se sont superbement mariées avec la simplicité et la fraîcheur du muscadet. Il a été suivi par un consommé au poulet fumé – plébiscité par de nombreux convives. En dégustant un plat aussi simple et subtil, abondant en saveurs à chaque bouchée, tout convive réalise qu’il est en de bonnes mains.

La chair de la truite de Tasmanie se détachait parfaitement, tandis que les médaillons de homard ont conféré au plat une dimension théâtrale. Ce n’est qu’à l’arrivée du sorbet que nous nous sommes souvenus que deux plats principaux allaient nous être servis.

L’agneau cuit deux fois posé sur mon assiette avait été préparé à la perfection, tout comme celui de mes voisins immédiats. J’imagine que confectionner ce plat avec ce même niveau de perfection pour 72 convives n’a pas été une tâche facile ! Et pour reprendre les termes du Bailli Délégué Robert Weener : « Le Château Badette Saint-Émilion Grand Cru 2014 a propulsé l’agneau à des hauteurs stratosphériques. »

Mohana Prabhakar
Chargée de Presse

Rechercher